Cuisine aux épices de Madagascar

CUISINE AUX ÉPICES DE MADAGASCAR

La consommation d’épices au quotidien présente beaucoup de bienfaits sur notre bien-être en général. Les propriétés bienfaisantes des épices se trouvent dans les huiles essentielles qu’elles libèrent. C’est pour cela que les épices sont considérées depuis des millénaires comme des médicaments à part entière.

 

Histoire de la cuisine aux épices de Madagascar

 

Cuisine aux épices de Madagascar
Cliquez sur la photo pour visionner la recette en vidéo

Toutes sortes d’épices et condiments poussent à Madagascar. Et, la cuisine aux épices de Madagascar est influencée par le flux des migrants au fil de l’histoire. Ainsi, bien des épices comme le poivre, la vanille, ou encore la cannelle viennent de contrées lointaines. Ce qui fait la différence, c’est le sol malgache. Il a cette richesse qui rend toutes plantes venues d’ailleurs meilleures que dans leurs pays d’origine. Ceci étant, d’autres épices endémiques à Madagascar représentent bien cette qualité indéniable.

Prenons par exemple le poivre sauvage voatsiperifery ; Il a un goût unique d’agrumes et boisé à la fois. Il s’accommode aussi bien aux préparations salées que sucrées. C’est pour cela qu’on le retrouve souvent dans les desserts comme les glaces aux fruits rouges et d’autres tartes sucrées.

 

 

Influence des différents migrants sur la cuisine aux épices de Madagascar

Cuisine aux épices de Madagascar
Cliquez sur l’image pour voir la recette sur mon blog

Il existe une forte présence de descendants indo-pakistanais sur tout le long de la côte-ouest de Madagascar. Cela influence considérablement les spécialités culinaires de la région. Ainsi, les recettes au curry telles que le kimo ; une sorte de sauce de viande hachée est spécifique à la région du Boina et le Menabe. De même, nos visiteurs comoriens et mahorais voisins ont apporté le goût des recettes au lait de coco.

En revanche, les créoles sont passés dans les régions du nord et nord-est de Madagascar. La-bas, le passage de nos voisins de la Réunion et de l’île Maurice est fortement ressenti. Les divers cari et rougails de fruits de mer ou de viande rouge font partie des habitudes alimentaires locales. Sans oublier ce goût prononcé des malgaches pour le piment.

Enfin mais non moins importants, il y a aussi eu les asiatiques. Ils sont un peu partout sur l’île et ont fait de nous de grands consommateurs de plats sucrés-salés. Et surtout tout ce qui tourne autour de grillade de viandes comme les brochettes et autres canards laqués. C’est la raison pour laquelle nous avons toujours du cind-épices chinois en cuisine.